Ecologie & Citoyenneté

Contact

info@ecologie-citoyennete.ch

EchallensEcologieCitoyennete

Catégorie : Non classé

Non classé

Grève pour l’Avenir — vendredi 21 mai à Echallens

Echallens se mobilise pour un avenir écologique, juste et solidaire.

Non classé

La santé environnementale, un équilibre précaire sous-estimé

La santé environnementale reste une discipline méconnue et peu considérée à l’échelle mondiale, d’un point de vue politique et sanitaire. Le sujet englobe l’écosystème naturel et l’humain. Notre rapport avec la nature a comme seul intérêt son rendement et le profit que l’on peut en tirer. Les activités humaines intensive telles que l’agriculture et l’exploitation des ressources naturelles ainsi que la pollution des eaux sont des causes du déséquilibre dans le cycle de régénération des différents écosystèmes. Celui-ci a pour conséquences la perte de la biodiversité, le réchauffement climatique induit par l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre ainsi que l’appauvrissement des sols. Tous ces éléments nuisent à la durabilité de la production alimentaire (Gonzalez et al., 2020).

Le dérèglement climatique met en péril les êtres vivants à tel point qu’une transition écologique est primordiale. Le réchauffement de la planète accroît la sécheresse et les inondations, ce qui menace les ressources primaires et influence l’humain dans sa santé. « On s’attend à ce qu’entre 2030 et 2050, le changement climatique entraîne près de 250 000 décès supplémentaires par an, dus à la malnutrition, au paludisme, à la diarrhée et au stress lié à la chaleur » (Organisation mondiale de la santé [OMS], 2018). De plus, ce déséquilibre augmente les maladies respiratoires liées à la pollution de l’air et engendre des problèmes de santé mentale. 

En santé environnementale, il est capital de comprendre que la durée, la répétition et la fréquence des expositions à des toxines néfastes, dans l’air ou dans les eaux, causent des dégâts importants. L’exposition à une substance toxique est bien plus déterminante que la quantité de celle-ci. C’est pourquoi le principe de précaution est essentiel.

Le travail en amont est primordial et son omniscience a une valeur profonde. Tout changement entrepris aujourd’hui aura un impact sur notre santé dans les dix prochaines années. Les préoccupations actuelles sont sous-estimées par la population, car les perceptions et représentations sur la santé environnementale ne sont pas clairement définies par des données probantes sur lesquelles s’appuyer.

Certains changements peuvent faire une différence et diminuer drastiquement les impacts sur la santé humaine et l’environnement. Une transition plus durable et écologique permet de maintenir cet équilibre. L’alimentation, la mobilité et le contact avec la nature sont des thématiques fortes, où les changements de mode de vie ont un effet positif avéré sur la santé humaine (Gonzales et al., 2020). On doit absolument réfléchir à ces éléments, aussi à Échallens. La compréhension de ces enjeux fait partie de la dynamique.

Agir en situation d’incertitude scientifique, d’urgences sanitaires et de grande sensibilisation sociale semble utopique, mais il est temps de développer des stratégies politiques afin de mettre en place des actions concrètes pour freiner cette érosion. En bref, il est temps de changer !

Références

Après-COVID-19 : Manifeste pour un monde en meilleure santé. https://www.who.int/fr/news-room/feature-stories/detail/who-manifesto-for-a-healthy-recovery-from-covid-19

Changement climatique et santé. https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/climate-change-and-health

Deléage, J.-P. (2019). Sur les traces de la santé environnementale. Le Bord de l’eau.

Netgen. (s. d.). RMS N° 714-1. Revue médicale suisse. https://www.revmed.ch/RMS/2020/RMS-N-714-1

Non classé

Messages de soutien

Salut à vous, jeunes, moins jeunes, aîné·es, apôtres de l’inclusion sociale, poètes·ses de la biodiversité, plantes indigènes et animaux.

Nous avons reçu ces derniers temps quelques mots d’encouragement de personnes qui soutiennent notre groupe. Nous voulions les partager avec vous.

« Je ne crois pas à la politique. Et pourtant à 42 ans, grâce à votre groupe, c’est la première fois que j’irai voter en étant pleinement convaincue! » – Aude

« Regarder vers l’avant avec des idées innovantes, travailler pour un avenir où chacun·e puisse s’épanouir, respecter le vivant: un programme auquel peuvent se rallier toutes les générations » – Catherine Jacot-Joël

C’EST LE MOMENT!!! 

Le temps presse et un changement radical doit se produire dans nos comportements, dans notre société et notre gestion politique. 

Il me semble que vous soutenir dans ce «Neuf proposé» devient une fenêtre pleine d’espoir pour ce monde à venir. 

Merci d’exister et d’agir.

Beatriz Amblet

 

«Là où croît le danger, croît aussi ce qui sauve» F. Hölderlin. Notre responsabilité la plus grande n’est-elle pas de prendre soin du monde auquel nous appartenons et où nous ne sommes que de passage? Notre sagesse ne serait-elle pas de reconnaître que nous vivons égoïstement au-dessus de nos moyens et de nous engager pour plus de sobriété, de solidarité, de sens et une plus grande qualité de vie?

Bruno Maréchal, urbaniste

 

« Je soutiens sans hésiter le groupe Écologie & Citoyenneté, car je suis convaincu par l’originalité de leur programme et par l’efficience de leur cause. Les idées novatrices et les moyens stratégiques qu’ils proposent me redonnent envie de m’intéresser à la politique locale. J’ai entièrement confiance en leur capacité à apporter un réel changement positif dans notre environnement.» 

Ben Renggli, Hameau de la Fontaine, Échallens.

Des messages qui nous réchauffent le cœur et permettent d’augmenter notre énergie en ces temps incertains. Un grand merci pour ces mots de soutien.

Si vous aussi désirez nous soutenir de cette manière, vous pouvez nous envoyer votre message à l’adresse ci-dessous.

Vous pouvez même nous rejoindre si l’envie vous gagne! Pour cela, il vous suffit d’aller dans la rubrique « Participez ! » de notre site internet ou de nous écrire à info@ecologie-citoyennete.ch ou via Facebook : Echallens – Ecologie et Citoyenneté.

Il nous tient à cœur que tout le monde puisse s’exprimer, revendiquer, construire ou développer des idées avec nous.

Et n’oubliez pas : la gouvernance participative et l’écologie intégrale sont les valeurs fondamentales de notre démocratie.

Ciao à toutes et tous!

Non classé

Nos aspirations pour Échallens – notre programme

Parce que la vie a un sens, parce nous voulons perpétuer
le miracle qu’elle représente sur notre planète et préserver une terre nourricière viable pour toutes et tous, notre mouvement s’engage à agir face à l’urgence écologique et sociale actuelle.

En partant de trois valeurs fondamentales – prendre soin de la Terre, prendre soin de l’humain et donner un sens à nos actions –, nous voulons œuvrer à la création d’une communauté résiliente et ouverte à Échallens.

Nous présentons dans ce document notre vision d’Échallens et quelques mesures phares, parmi d’autres, pour la concrétiser.

Non classé

La démocratie participative s’invite à Échallens

Salut à vous, jeunes, moins jeunes, aîné·es, apôtres de l’inclusion sociale, poètes·ses de la biodiversité, plantes indigènes et animaux. Je vais vous parler de la rencontre du 1er février 2021, qui a permis de poser les bases du programme politique d’Écologie & Citoyenneté!

À l’aide d’un «Mandala holistique», le groupe a pensé, imaginé les perspectives de demain pour Échallens. Bien sûr, ce ne sont que les prémices et les contours de son programme politique. Cet engagement participatif a fait émerger des stratégies et idées d’actions concrètes autour de nos valeurs fondamentales. Par exemple, le sujet de l’urbanisme a vu éclore la volonté de promouvoir la biodiversité, avec des toitures végétalisées, la revalorisation des plantes indigènes, etc. Le volet «mobilité», un axe fort pour la collectivité, a dynamisé les échanges sur la création de zones piétonnes. La gouvernance – l’un de nos points forts – a fait ressortir le projet d’instaurer des conseils de quartier. Le service à la population, l’énergie, la vie sociale, l’agriculture et d’autres thèmes ont également été développés durant cette soirée.

Les prochaines étapes seront la conceptualisation et le déploiement des différentes entités («tranches» du mandala) afin de permettre une construction solide de notre programme.

Vous pouvez nous rejoindre si l’envie vous gagne! Pour cela, il vous suffit d’aller dans la rubrique «Participez!» de notre site internet ou de nous écrire à info@ecologie-citoyennete.ch ou via Facebook: Échallens – Écologie et Citoyenneté. Vous pouvez aussi nous envoyer un pigeon voyageur qui, avec un peu de chance, se posera dans nos mains. (Bon, si j’étais vous, je choisirais l’une des trois premières options!)

Il nous tient à cœur que tout le monde puisse s’exprimer, revendiquer, construire ou développer des idées avec nous.

Et n’oubliez pas: la gouvernance participative et l’écologie intégrale sont les valeurs fondamentales de notre démocratie.

Ciao à toutes et tous!

Non classé

Pourquoi prendre soin de soi est important

C’est en prenant soin de soi-même, de notre «nous intérieur» que nous pouvons aider les autres. La transition commence à l’intérieur pour ensuite illuminer l’extérieur. Seule une personne heureuse peut amener le bonheur autour d’elle.

Sachant que nous faisons intégralement partie de la nature, il serait temps que – comme une plante – nous nous épanouissions, car prendre soin de soi, c’est prendre soin de la nature, du monde et même de l’univers qui nous dépasse complètement (certain·es diront Dieu, le Tout, la Vie).

Si vous voulez prendre soin de vos proches, de chaque personne, de votre jardin, de la nature, commencez par cultiver la vie qui est en vous. Écoutez ses attentes: vous êtes comme une plante qui a besoin d’eau, de nutriments et de soleil, de façon équilibrée.

Et vous, quels sont vos véritables besoins pour vous épanouir?

N’oubliez pas, soyez le changement que vous souhaitez voir dans le monde et devenez la meilleure version de vous-même, passez de bourgeon à fleur, de chenille à papillon.

Prenez soin de vous, de chaque cellule de votre corps. Cela doit être et devenir votre priorité. Ensuite, vous répandrez le bonheur autour de vous.

Bonne route!

Non classé

La commune d’Échallens face à la transition écologique

Ces dernières années, la prise de conscience de l’urgence écologique et climatique s’est considérablement étendue. La crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19 a bouleversé nos sociétés et occupe maintenant le devant de la scène. De nombreuses voix se sont élevées pour souligner que ces deux éléments ne sont pas sans lien et que l’un ne peut faire oublier l’autre. Les changements et les contraintes imposé·es dans nos habitudes de vie afin de ralentir la propagation du virus et les effets de cette crise sur l’économie – dont l’ampleur reste encore incertaine — montrent, d’une part, la fragilité de nos sociétés et, d’autre part, qu’il est possible de prendre des décisions fortes (confinement de la population, fermetures des espaces publics, mise à l’arrêt du trafic aérien et d’une partie de l’économie…). Des décisions prises par les autorités politiques nationales et mises en œuvre par les grandes entreprises, les deux mêmes qui étaient accusées peu avant de ne pas agir avec suffisamment de conviction contre l’urgence écologique et climatique.

Face à l’échelle planétaire du dérèglement climatique et de l’érosion du vivant, nous pourrions nous demander ce que pourrait changer l’action d’un village du Gros-de-Vaud. Nous pourrions dès lors nous résigner, individuellement et collectivement; nous dire qu’il est probablement trop tard et que toutes nos actions personnelles et villageoises ne seraient que des gouttes d’eau dans l’immensité des océans. Or, le colibri de la fable nous susurre qu’il revient à chacun·e de faire sa part, à son échelle, aussi minime puisse-t-elle paraître. Mais, surtout, le problème est que nous nous tromperions totalement.

Nous portons dans notre groupe la conviction profonde que ne pas détruire la planète, c’est aussi ne pas se détruire soi-même.

Nous avons la conviction profonde que la transition écologique, si elle doit passer par des contraintes et des renoncements, ne signifie pas pour autant que nous devions vivre plus difficilement. En réalité, il suffirait de se contenter du niveau de vie des années 1960 pour garder nos émissions nuisibles sous contrôle. Y était-on plus malheureux?

Nous avons la conviction profonde d’avoir les moyens d’agir.

Nous avons la conviction profonde que l’Humain a avant tout besoin de se reconnecter à la Terre et à la Nature, aux autres Humains, à soi-même, à son intériorité; besoin de retrouver le bien-être et la joie profonde, de redonner du sens à son travail, à son quotidien et à sa vie.

L’échelle du village ­–­ de la petite ville – est particulièrement pertinente pour relever les défis qui nous attendent. C’est le lieu parfait où les citoyen·nes peuvent réinventer leur manière de vivre et avoir une action directe sur leur environnement immédiat, à plus forte raison si les institutions communales leur en donnent la possibilité.

Nous portons l’espoir d’un Échallens plus vivant, plus vert et plus calme, intergénérationnel, solidaire, où chacun·e peut trouver sa place selon ses aspirations et ses convictions personnelles, dans le respect du bien commun. Nous portons l’espoir d’un Échallens dynamique par ses activités économiques locales, par le bien-être et la santé de ses habitant·es. Voilà la définition même de la communauté villageoise et urbaine: dépasser les individualismes pour recréer une communauté qui fait sens. Échallens a tout à gagner et rien à perdre à s’engager sur ce chemin.

Un territoire de presque 6’000 habitant·es est un très bon échelon pour s’investir localement. Il y est possible de briser l’anonymat qui peut exister dans les grandes villes. Il y est plus facile de rencontrer les habitant·es et les gens qui y travaillent, de créer des réseaux et d’avoir un impact sur son environnement direct. Cela donne la possibilité d’agir au plus près des gens, en favorisant des liens plus directs entre la population et les autorités politiques.

L’échelle est également très bonne pour réaliser des actions concrètes, dont chacun·e peut percevoir des effets positifs pour elle-même ou lui-même et pour la collectivité. Parmi ces actions: des démarches participatives offrant, par exemple, la possibilité de mettre les habitant·es au cœur de la prise de décision politique et de l’action publique. Cela facilite aussi la mise en place d’une économie circulaire, basée sur la confiance.

La petite taille relative d’Échallens en fait une «ville des courtes distances». Toute sa zone à bâtir (à env. 95%) tient dans un cercle d’un rayon d’un kilomètre, que l’on peut parcourir théoriquement d’un bord à l’autre par le milieu en 20 minutes. À l’intérieur de ce cercle, on ne peut que constater la diversité existante des fonctions et activités offertes, à portée de pied et de roues (de vélo): commerces, services publics, équipements publics, espaces verts, campagne… Cette ville des courtes distances est déjà là, sans infrastructure lourde à déplacer, sans lacune dans les fonctions fondamentales. Avec la hiérarchie urbaine qui fait d’Échallens un centre régional, bien desservi par le réseau de transports en commun, la ville des courtes distances que les urbanistes de maintes agglomérations bataillent pour mettre en œuvre est déjà ici, toute prête! 

Nous ne pouvons évidemment pas oublier les forces vives de demain: la jeunesse challensoise. Soyons à la hauteur de son enthousiasme!

Non classé

Qu’est-ce qu’une écologie intégrale?

Les activités humaines ont une très grande influence sur la planète et nous avons dépassé les limites de ce qu’elle peut supporter. Tout est déstabilisé, tout peut disparaitre. Nos besoins essentiels tels que respirer, boire, se nourrir sont menacés. Conserver une terre habitable doit devenir notre priorité: c’est une question de vie ou de mort et c’est pourquoi nous encourageons chacun·e à s’engager.

Nous sommes toutes et tous vulnérables, même en Suisse, même à Échallens. Fermer les frontières, les villages ou les jardins ne sert à rien: nous devons travailler ensemble, avec nos voisin·es, à trouver des solutions pour vivre en harmonie et en paix ensemble, dans et avec la Nature.

Nous voulons protéger la vie, les paysages, les ressources naturelles, les coins de nature sauvage, notre santé, notre nourriture.

Malheureusement, face à celles et ceux qui veulent protéger la vie se trouvent des personnes et des organisations qui la détruisent, parfois sans le savoir. Certaines le font de manière consciente. Ce sont les mafias et les terroristes, les puissances financières, les gouvernements corrompus et des entreprises légales. Sans oublier, en Suisse, dans notre pays démocratique, les lobbies industriels!

Il y a aussi toutes les destructrices et tous les destructeurs qui s’ignorent, qui pensent qu’on peut continuer de vivre comme on l’a toujours fait, qu’il n’y a pas de limite. Elles et ils préfèrent se mentir plutôt que de voir la vérité en face. Elles et ils parlent de «croissance verte», entre autres. Croître, gagner toujours plus d’argent, c’est continuer à consommer de l’énergie, transformer la matière et polluer.

Actuellement, aucune force politique en place n’a réellement pris en compte le problème du dérèglement climatique, alors que nous avons à peine le temps d’agir pour maintenir notre planète viable. Le pouvoir en place croit probablement qu’il est impossible de changer de trajectoire, tant les changements doivent être importants et rapides.

Avec le groupe Écologie & Citoyenneté, nous pensons que le changement est possible si nous mettons l’écologie au centre de toutes les décisions politiques, car le respect de la Terre doit être notre priorité à tout point de vue.

Pour pouvoir appliquer l’écologie intégrale dans tous les domaines, les questions suivantes doivent se poser avant chaque décision: 

  1. Est-elle bénéfique, neutre ou nuisible pour le respect des limites planétaires?
  1. Qu’apporte-t-elle au bien-être collectif et avec quelles conséquences?
  1. Nous place-t-elle sur la bonne trajectoire à moyen et à long terme?

 Pour pouvoir changer de cap, nous devons agir ensemble. Voilà pourquoi notre deuxième pilier est la démocratie participative. «Un immense travail commence. Il a besoin de l’expertise des citoyen·nes, du savoir des scientifiques et des intellectuel·les, de l’énergie des militant·es, des compétences de toutes les actrice et tous les acteurs de la vie sociale et économique qui savent qu’il n’y a pas tâche plus urgente.» (Delphine Batho, Écologie intégrale, Le manifeste, éditions du Rocher 2019, p. 52.)

Non classé

Démocratie participative: pourquoi et comment ça marche?

L’humanité se trouve à un moment clé de son histoire, celui d’engager la transition, c’est-à-dire celui de la bifurcation vers une société qui ne se focalise plus sur l’opulence matérielle, mais tend à la recherche de l’épanouissement humain en respectant les limites de la biosphère. Alors que la nécessité d’opérer le changement est très documentée, les actions concrètes se font attendre. De nombreuses citoyennes et de nombreux citoyens veulent prendre leur destin en main, et la démocratie participative est l’un des moyens idéaux pour cela. 

La transition implique de grands changements et des décisions radicales. Il y a un risque réel pour la démocratie quand les décisions nécessaires viennent uniquement d’en haut. Nous avons la conviction que la résilience de notre société passe par une prise en compte des enjeux écologiques et par l’inclusion de la population dans les prises de décisions et les actions à mener. La transition réussira si les citoyen·nes se mobilisent et si nos dirigeant·es agissent, à tous les échelons.

La démocratie écologique permet de répondre aux problèmes écologiques contemporains, tout en garantissant le respect des droits humains fondamentaux et en assurant la participation de toutes les composantes de la société à la définition des solutions. La conception de la démocratie ne doit pas seulement se résumer aux institutions et aux élections: elle doit être appréhendée plus globalement comme un «espace de délibération publique» (Amartya Sen), comme une réponse au risque de désolidarisation de nos sociétés. Elle est un levier pour passer de la satisfaction des intérêts particuliers à celle de l’intérêt général.

Est-ce qu’il suffit pour cela de demander leur avis aux gens sur tous les sujets?

Non, car ce serait une vision trop réductrice de la participation. La juxtaposition des avis de chacun·e ne convient pas pour construire un projet d’avenir commun. La participation a du sens si les individus s’assemblent pour faire converger les points de vue et les renforcer, faire émerger une prise de parole citoyenne et solidaire. Elle permet de construire ensemble une vision plus solidaire de la société, une solution pour donner à la population les moyens d’agir.

La participation peut se décliner sous de multiples formes, mais quelques points sont fondamentaux:

  • Définir les objectifs: où veut-on aller et que souhaite-t-on obtenir?
  • Définir le cadre: on ne part jamais d’une page blanche, il y a un historique, des contraintes, des risques et des chances.
  • Assurer la représentativité afin que ce ne soit pas toujours les mêmes personnes qui participent: (celles qui ont déjà un avis tranché, qui savent bien défendre leur point de vue ou qui ont du temps). Il s’agit d’aller chercher une vraie représentativité de la population concernée. Pour cela, le tirage au sort est un bon moyen. On peut même procéder à des tirages au sort «stratifiés», ce qui permet de maintenir une représentativité entre les classes socio-économiques, les genres, les âges. On évite ainsi un biais courant en politique: que soient représentés majoritairement des hommes, âgés, souvent de formation universitaire et relativement aisés.
  • S’assurer d’une gouvernance participative: garantir un suivi et une réalisation de ce qui a été décidé.

Soyons clair·es: nous ne voulons pas remplacer le système démocratique en place, qui est essentiellement représentatif, mais simplement le compléter quand c’est utile, le rendre plus performant et inclusif, pas forcément sur tous les sujets!

Le résultat, nous en sommes convaincu·es, sera que:

  • Les personnes appelées à participer à l’élaboration de nouvelles règles, qui participent à la mise en place de nouvelles infrastructures ou services seront plus enclines à suivre ces règles, à utiliser ces infrastructures et services à bon escient.
  • Faire participer davantage de personnes concernées par les décisions politiques permet d’améliorer ces décisions, car les besoins sont mieux pris en compte. De plus, un cercle vertueux de la participation se met en place: les participant·es sont de plus en plus convaincu·es du processus et développent des expertises citoyennes.
  • Quand il faut prendre des décisions difficiles, le fait qu’elles aient été proposées par un groupe non-élu, mais représentatif rendra ces décisions plus légitimes aux yeux de tou·tes.
Non classé

Qui sommes-nous? Comment notre groupe fonctionne-t-il?

Le mouvement appelé «Écologie & Citoyenneté» a vu le jour en automne 2020, à Échallens. Il réunit des habitantes et habitants porté·es par des idéaux d’écologie intégrale et de démocratie participative. Il est ouvert à toutes et tous sans limite d’âge.

Nous plaçons notre action autant dans la mobilisation citoyenne que dans un engagement politique institutionnel. Nous fonctionnons comme un groupe de réflexion, un laboratoire d’idées à l’échelle communale, et présentons aussi deux candidates à la municipalité et six au conseil communal.

Pour nous, la protection du Vivant surpasse tout clivage politique gauche/droite classique: elle a une dimension universelle. La dégradation de l’environnement concerne de manière indistincte l’ensemble de la population, par exemple la pollution de l’eau potable au chlorothalonil à Échallens fin 2019.

Pourquoi avoir constitué un nouveau groupe pour les élections?

Il existait déjà des formations à Échallens, dont certaines avec aussi des idéaux écologiques et humanistes. Mais en plus de ces idéaux, nous voulions expérimenter une autre forme de gouvernance que celle généralement en place au sein des partis traditionnels. Notre groupe fonctionne de façon horizontale et partagée. Ainsi, nous n’avons pas de hiérarchie ou de comité. En ce qui concerne le financement, chacune et chacun peut contribuer aux frais de manière libre et consciente.

Nos réunions, annoncées sur notre site web et sur les réseaux sociaux, sont ouvertes à toutes et tous, sans qu’il soit nécessaire d’annoncer sa présence ou d’excuser son absence. Nous construisons l’ordre du jour sous forme participative au début de chaque séance. Toute personne peut exercer, à son tour et volontairement, les tâches d’animation, de rédaction du compte-rendu et de garde du temps. En d’autres termes, nous concrétisons ce que nous prônons à une échelle plus large, fondée sur la confiance, l’inclusivité, le partage des responsabilités, le respect, la solidarité, la transparence. Notre fonctionnement s’inspire de mouvements en faveur de la transition écologique et de groupes militants.