Ecologie & Citoyenneté

Contact

info@ecologie-citoyennete.ch

EchallensEcologieCitoyennete

Catégorie : Non classé

Non classé

Qu’est-ce qu’une écologie intégrale?

Les activités humaines ont une très grande influence sur la planète et nous avons dépassé les limites de ce qu’elle peut supporter. Tout est déstabilisé, tout peut disparaitre. Nos besoins essentiels tels que respirer, boire, se nourrir sont menacés. Conserver une terre habitable doit devenir notre priorité: c’est une question de vie ou de mort et c’est pourquoi nous encourageons chacun·e à s’engager.

Nous sommes toutes et tous vulnérables, même en Suisse, même à Échallens. Fermer les frontières, les villages ou les jardins ne sert à rien: nous devons travailler ensemble, avec nos voisin·es, à trouver des solutions pour vivre en harmonie et en paix ensemble, dans et avec la Nature.

Nous voulons protéger la vie, les paysages, les ressources naturelles, les coins de nature sauvage, notre santé, notre nourriture.

Malheureusement, face à celles et ceux qui veulent protéger la vie se trouvent des personnes et des organisations qui la détruisent, parfois sans le savoir. Certaines le font de manière consciente. Ce sont les mafias et les terroristes, les puissances financières, les gouvernements corrompus et des entreprises légales. Sans oublier, en Suisse, dans notre pays démocratique, les lobbies industriels!

Il y a aussi toutes les destructrices et tous les destructeurs qui s’ignorent, qui pensent qu’on peut continuer de vivre comme on l’a toujours fait, qu’il n’y a pas de limite. Elles et ils préfèrent se mentir plutôt que de voir la vérité en face. Elles et ils parlent de «croissance verte», entre autres. Croître, gagner toujours plus d’argent, c’est continuer à consommer de l’énergie, transformer la matière et polluer.

Actuellement, aucune force politique en place n’a réellement pris en compte le problème du dérèglement climatique, alors que nous avons à peine le temps d’agir pour maintenir notre planète viable. Le pouvoir en place croit probablement qu’il est impossible de changer de trajectoire, tant les changements doivent être importants et rapides.

Avec le groupe Écologie & Citoyenneté, nous pensons que le changement est possible si nous mettons l’écologie au centre de toutes les décisions politiques, car le respect de la Terre doit être notre priorité à tout point de vue.

Pour pouvoir appliquer l’écologie intégrale dans tous les domaines, les questions suivantes doivent se poser avant chaque décision: 

  1. Est-elle bénéfique, neutre ou nuisible pour le respect des limites planétaires?
  1. Qu’apporte-t-elle au bien-être collectif et avec quelles conséquences?
  1. Nous place-t-elle sur la bonne trajectoire à moyen et à long terme?

 Pour pouvoir changer de cap, nous devons agir ensemble. Voilà pourquoi notre deuxième pilier est la démocratie participative. «Un immense travail commence. Il a besoin de l’expertise des citoyen·nes, du savoir des scientifiques et des intellectuel·les, de l’énergie des militant·es, des compétences de toutes les actrice et tous les acteurs de la vie sociale et économique qui savent qu’il n’y a pas tâche plus urgente.» (Delphine Batho, Écologie intégrale, Le manifeste, éditions du Rocher 2019, p. 52.)

Non classé

Démocratie participative: pourquoi et comment ça marche?

L’humanité se trouve à un moment clé de son histoire, celui d’engager la transition, c’est-à-dire celui de la bifurcation vers une société qui ne se focalise plus sur l’opulence matérielle, mais tend à la recherche de l’épanouissement humain en respectant les limites de la biosphère. Alors que la nécessité d’opérer le changement est très documentée, les actions concrètes se font attendre. De nombreuses citoyennes et de nombreux citoyens veulent prendre leur destin en main, et la démocratie participative est l’un des moyens idéaux pour cela. 

La transition implique de grands changements et des décisions radicales. Il y a un risque réel pour la démocratie quand les décisions nécessaires viennent uniquement d’en haut. Nous avons la conviction que la résilience de notre société passe par une prise en compte des enjeux écologiques et par l’inclusion de la population dans les prises de décisions et les actions à mener. La transition réussira si les citoyen·nes se mobilisent et si nos dirigeant·es agissent, à tous les échelons.

La démocratie écologique permet de répondre aux problèmes écologiques contemporains, tout en garantissant le respect des droits humains fondamentaux et en assurant la participation de toutes les composantes de la société à la définition des solutions. La conception de la démocratie ne doit pas seulement se résumer aux institutions et aux élections: elle doit être appréhendée plus globalement comme un «espace de délibération publique» (Amartya Sen), comme une réponse au risque de désolidarisation de nos sociétés. Elle est un levier pour passer de la satisfaction des intérêts particuliers à celle de l’intérêt général.

Est-ce qu’il suffit pour cela de demander leur avis aux gens sur tous les sujets?

Non, car ce serait une vision trop réductrice de la participation. La juxtaposition des avis de chacun·e ne convient pas pour construire un projet d’avenir commun. La participation a du sens si les individus s’assemblent pour faire converger les points de vue et les renforcer, faire émerger une prise de parole citoyenne et solidaire. Elle permet de construire ensemble une vision plus solidaire de la société, une solution pour donner à la population les moyens d’agir.

La participation peut se décliner sous de multiples formes, mais quelques points sont fondamentaux:

  • Définir les objectifs: où veut-on aller et que souhaite-t-on obtenir?
  • Définir le cadre: on ne part jamais d’une page blanche, il y a un historique, des contraintes, des risques et des chances.
  • Assurer la représentativité afin que ce ne soit pas toujours les mêmes personnes qui participent: (celles qui ont déjà un avis tranché, qui savent bien défendre leur point de vue ou qui ont du temps). Il s’agit d’aller chercher une vraie représentativité de la population concernée. Pour cela, le tirage au sort est un bon moyen. On peut même procéder à des tirages au sort «stratifiés», ce qui permet de maintenir une représentativité entre les classes socio-économiques, les genres, les âges. On évite ainsi un biais courant en politique: que soient représentés majoritairement des hommes, âgés, souvent de formation universitaire et relativement aisés.
  • S’assurer d’une gouvernance participative: garantir un suivi et une réalisation de ce qui a été décidé.

Soyons clair·es: nous ne voulons pas remplacer le système démocratique en place, qui est essentiellement représentatif, mais simplement le compléter quand c’est utile, le rendre plus performant et inclusif, pas forcément sur tous les sujets!

Le résultat, nous en sommes convaincu·es, sera que:

  • Les personnes appelées à participer à l’élaboration de nouvelles règles, qui participent à la mise en place de nouvelles infrastructures ou services seront plus enclines à suivre ces règles, à utiliser ces infrastructures et services à bon escient.
  • Faire participer davantage de personnes concernées par les décisions politiques permet d’améliorer ces décisions, car les besoins sont mieux pris en compte. De plus, un cercle vertueux de la participation se met en place: les participant·es sont de plus en plus convaincu·es du processus et développent des expertises citoyennes.
  • Quand il faut prendre des décisions difficiles, le fait qu’elles aient été proposées par un groupe non-élu, mais représentatif rendra ces décisions plus légitimes aux yeux de tou·tes.
Non classé

Qui sommes-nous? Comment notre groupe fonctionne-t-il?

Le mouvement appelé «Écologie & Citoyenneté» a vu le jour en automne 2020, à Échallens. Il réunit des habitantes et habitants porté·es par des idéaux d’écologie intégrale et de démocratie participative. Il est ouvert à toutes et tous sans limite d’âge.

Nous plaçons notre action autant dans la mobilisation citoyenne que dans un engagement politique institutionnel. Nous fonctionnons comme un groupe de réflexion, un laboratoire d’idées à l’échelle communale, et présentons aussi deux candidates à la municipalité et six au conseil communal.

Pour nous, la protection du Vivant surpasse tout clivage politique gauche/droite classique: elle a une dimension universelle. La dégradation de l’environnement concerne de manière indistincte l’ensemble de la population, par exemple la pollution de l’eau potable au chlorothalonil à Échallens fin 2019.

Pourquoi avoir constitué un nouveau groupe pour les élections?

Il existait déjà des formations à Échallens, dont certaines avec aussi des idéaux écologiques et humanistes. Mais en plus de ces idéaux, nous voulions expérimenter une autre forme de gouvernance que celle généralement en place au sein des partis traditionnels. Notre groupe fonctionne de façon horizontale et partagée. Ainsi, nous n’avons pas de hiérarchie ou de comité. En ce qui concerne le financement, chacune et chacun peut contribuer aux frais de manière libre et consciente.

Nos réunions, annoncées sur notre site web et sur les réseaux sociaux, sont ouvertes à toutes et tous, sans qu’il soit nécessaire d’annoncer sa présence ou d’excuser son absence. Nous construisons l’ordre du jour sous forme participative au début de chaque séance. Toute personne peut exercer, à son tour et volontairement, les tâches d’animation, de rédaction du compte-rendu et de garde du temps. En d’autres termes, nous concrétisons ce que nous prônons à une échelle plus large, fondée sur la confiance, l’inclusivité, le partage des responsabilités, le respect, la solidarité, la transparence. Notre fonctionnement s’inspire de mouvements en faveur de la transition écologique et de groupes militants.

Non classé

Pourquoi s’engager?

Durant des décennies, génération après génération, les parents croyaient à un monde meilleur pour leurs enfants. Ils ont travaillé dur pour ça, ils ont cherché l’énergie nécessaire là où ils la trouvaient. Ce faisant et sans s’en rendre compte, ils ont créé un système où l’on prend à la nature ce qu’elle a mis des millions d’années à accumuler: charbon, pétrole et autres ressources fossiles et minérales.

Depuis une quarantaine d’années, le phénomène du dérèglement climatique est connu, l’impossibilité de continuer la croissance économique exponentielle est évidente. Mais elle s’est poursuivie, avec son lot de conséquences: disparition d’espèces sauvages, empoisonnement de notre environnement, exploitation des populations défavorisées, phénomènes climatiques extrêmes…

La situation aujourd’hui

Les études sur le fonctionnement et les effets du dérèglement climatique sont plus nombreuses que jamais. On a déterminé que nous sommes en plein cœur de la sixième extinction de masse du vivant. La sixième de toute l’histoire de la Terre!

Aujourd’hui, cela fait cinq ans que les nations du monde ont déclaré, à Paris, qu’elles allaient changer tout ça. Elles se sont fixé des objectifs et des délais, en accord avec le monde scientifique.

Mais la situation a continué à s’empirer. Le vivant recule, les océans montent, les glaces fondent, des populations sont chassées de chez elles. Les émissions de gaz à effet de serre n’ont fait qu’augmenter: jamais il n’y en a eu autant par année (exception faite de la parenthèse « Covid », qui est temporaire).

 

Illustration 2 : Écarts de température à la moyenne 1961-1990 en Suisse pour chaque année depuis 1864. Les années en dessous de la moyenne sont en bleu, les années au-dessus de la moyenne sont en rouge. La partie inférieure du graphique montre les écarts à la moyenne sur une décennie avec les colonnes colorées en bleu ou en rouge.

 

Nous voilà à un point où les conditions d’habitabilité même de la Terre sont en péril. Les projections sont plus alarmistes les unes que les autres, en tenant compte des engagements pris, en tenant compte des trajectoires actuelles (c’est pire), ou encore en tenant compte des boucles de rétroaction qui pourraient déclencher un emballement climatique auquel personne ne pourrait faire face.

Mobilisation

Alors des gens se sont mobilisés. Des jeunes notamment, ne voyant plus d’avenir pour eux. Elles et ils sont descendu·es dans la rue, massivement. Elles et ils ont identifié ce qui ne va pas dans le système économique, dans la société, dans la politique, dans notre façon de vivre, de vivre ensemble. Elles et ils se sont organisé·es, ont cherché des solutions, ont tenté de mobiliser le monde politique. Elles et ils ont proposé des moyens, tout en cherchant à renforcer la démocratie.

Il leur a été répondu timidement, souvent sur un ton paternaliste.

Et nous sommes en 2021. En 2050, à l’échelle planétaire, on ne devra plus émettre un seul kilo de CO2 qui ne peut pas être absorbé dans le même temps. La transformation du monde prendra du temps: à terme, plus d’énergie fossile, plus de produits chimiques qui détruisent le vivant, plus de gaspillage de ressources. Tout se jouera dans les dix prochaines années, durant lesquelles on doit réorienter et transformer nos modes de consommation et notre façon de vivre ensemble pour, finalement, avoir le temps de mener à bien la transition dans les domaines les plus difficiles avant 2050. C’est un travail monumental.

C’est un travail que nous ne pourrons pas faire dans le respect des gens et du vivant si l’on attend, si l’on repousse les changements. C’est un travail qui doit être accompli à tous les niveaux, de l’individuel jusqu’à la gouvernance mondiale, en passant naturellement par l’échelon communal.

Tout se jouera dans les dix prochaines années. La prochaine législature durera cinq ans et la composition des autorités communales sera figée tout ce temps. C’est maintenant qu’il faut agir, c’est maintenant qu’il faut s’engager.

Deux piliers

Nous avons donc choisi de nous engager en privilégiant le concept d’écologie intégrale, afin de réellement orienter les politiques publiques vers une durabilité forte, dans tous les domaines. Pas seulement pour protéger les petites fleurs.

Et comme des transformations radicales sont nécessaires, comme l’effort sera énorme pour toute la population, nous voulons que chacun·e soit fortement impliqué·e dans les choix à faire. Parce que si l’on sait pourquoi on fait un effort et si l’on a choisi comment le faire, on le fait! C’est ça, la démocratie participative, où l’on construit ensemble des solutions en adéquation avec les défis et les objectifs, mais aussi en adéquation avec les besoins de la population.

Un exemple type de démocratie participative est l’assemblée citoyenne, notamment sur le thème du climat.